Santé et Social

Le social c’est la part humaine du projet municipal, il ne se limite pas à l’aide social, pas très élevé à Grigny, mais prend en compte tout ce qui donne du sens à la vie des Grignerots. Le social c’est aussi le lien qui rapproche les personnes, au centre social ou dans des activités associatives. Le social c’est la mise en avant des talents individuels mis souvent au service du collectif.

L’aide à la personne :


Par le biais du CCAS, la mairie à une mission d’aide de proximité. Les aides ponctuelles, telles que les bons d’énergie, l’aide au logement, … Mais aussi des services quotidiens à la personne qui améliorent la vie des grignerots, tels que les repas livrés à domicile pour les personnes âgées ou celles à mobilité réduite. Pour notre part ces repas devront être améliorés par une possibilité d’avoir des repas le samedi et le dimanche. Notre proposition, faite depuis au moins 3 ans, vient d’obtenir l’aval de la municipalité, à l’approche des élections… Mais pour après les élections !!!

Toutes ces aides sont nécessaires et seront développées, elles ne doivent aucunement être un enjeu de politique politicienne ou d’une quelconque forme de clientélisme. Il en va de la crédibilité des hommes politiques !! Alors n’en déplaise à la rumeur, toutes ces aides seront maintenues et améliorées !!!

L’absence de logements d’urgence municipaux : Pour répondre au mieux aux problématiques posées par la vie d’aujourd’hui, des logements d’urgence de proximité sont nécessaires. Quelques studios, des t1 et T2 doivent permettre d’accueillir une femme en détresse, un retraité qui a perdu son conjoint, une famille sinistrée, …

Les services aux plus jeunes :


Parce que la vie évolue, les besoins de garde d’enfants sont divers : horaires décalés, activités en dehors des horaires de travail. Nous devons créer de nouvelles formes de gardes d’enfants, voire innover : de nouveaux horaires et des accueils le soir. Pour cela nous proposons :


Les services aux anciens :


Il faut une évolution de l’aide aux personnes âgées. En plus du repas à domicile et du repas de Noël, nous devons proposer une aide aux services et aux petits travaux. Parce que beaucoup d’anciens sont vulnérables, nous devons les aider et favoriser le lien intergénérationnel.

Les séjours pour les plus anciens seront poursuivis au bord de mer (Ste Maxime) ou en montagne (Courchevel). Des propositions pour la visite de capitales européennes seront faites.

Finalisation du plan handicap :


Du diagnostic partagé, établi sur une base objective avec les partenaires du secteur, nous finaliserons un plan pluriannuel permettant que tous les lieux et tous les services soient accessibles et utilisables par les handicapés.

Création d’un guichet unique :


Pour répondre aux questions administratives, sociales, fiscales et techniques. Une aide aux démarches envers les administrations, les services publics, les impôts, les services de santé. Un guichet unique 2.0 sera aussi un atout pour la ville et les habitants.

La santé, Parlons-en.


La construction du centre de santé sur les anciens parkings du Flachat reste une grande énigme. Et bizarrement René Balme n’en parle plus. Pour notre part cela fait deux ans que nous demandons l’étude de stabilité de cette structure qui permettrait de construire le centre de santé. Aucune communication n’a été faite et démontre que cette faisabilité est complexe.

Le centre de santé est dès la première année déficitaire de 83 000 € et 30% des patients ne sont pas de Grigny (mais les grignerots paient pour eux quand même). Les postes qui vont être créés alourdiront la facture des grignerots. Nous sommes encore et toujours convaincus qu’un pôle de santé est nécessaire sur Grigny, mais avec des professionnels en libéral. Coût pour la commune ? 0 €!! C’est un choix pertinent et d’avenir.



Le logement :


L’absence de logements d’urgence municipaux Pour répondre au mieux aux problématiques posées par la vie d’aujourd’hui, des logements d’urgence de proximité sont nécessaires. Quelques studios, des t1 et T2 doivent permettre d’accueillir une femme en détresse, un retraité qui a perdu son conjoint, une famille sinistrée, …

Des logements pour les plus anciens :

Les plus anciens sont les plus affectés par la crise du logement et la cherté des loyers. La dépendance avance, parce que l’espérance de vie progresse, ici nous devons répondre à ces demandes c’est en cela que nous ferons de Grigny une ville humaine et qui sera intergénérationnelle. Nous proposons des logements :

Des logements sociaux humains :

Le parc des logements sociaux de Grigny est confié à l'OPAC du Rhône, ALLIADE (ex-Logirel) et les Cités nouvelles. Les logements les plus anciens ont été construits dans les années 50 (avenue J. Estragnat, J. Durand), début des années 60 (rue Pasteur, Vallon et Logirel). Certaines familles sont dans ces logements depuis le début, ne pourrions-nous pas trouver une solution pour qu'ils en deviennent propriétaires ? Le principe de la location-vente nous apparaît comme un axe à travailler avec les organismes gestionnaires des logements, dans les années à venir.

Une autre piste intéressante, suivie depuis quelques années par de nombreuses villes (70 villes en France dont Lyon) est de travailler avec l'organisme "Habitat & Humanisme" qui propose une gestion humaine, favorisant la mixité sociale des logements. Cet organisme intervient au niveau du logement mais bien au-delà, en favorisant l'insertion professionnelle et sociale.
Une intervention de cette association rue Pierre Semard a été une réussite.

Une volonté de qualité de vie
Nous pensons que le cadre de vie est aussi un facteur de la qualité de vie des habitants. Nous souhaitons que les espaces de constructions denses (immeubles) soient associés à des parcs publics qui seront des poches vertes dans le cadre urbain.



Grigny ensemble a toujours été force de propositions, cliquez pour voir nos projets en 2008